Le tågskryt, vous connaissez ? 

L’avihonte est la traduction française du fameux “flygskam” suédois qui a trouvé son égérie en la personne de Greta Thunberg. La nouvelle tendance est le “tågskryt”, ou “fierté du voyage en train”, qui a, paraît-il, beaucoup de succès auprès des jeunes.

Je pense que ce qui a du succès auprès des jeunes, ce sont avant tout les tarifs les plus bas possibles. Et quand on lit que la SNCB voudrait augmenter ses tarifs de 10% alors qu’ils sont déjà très chers, on n’est pas prêts de trouver la solution. Ou alors il faut adopter les mesure radicales comme en Allemagne ou en Espagne, avec des billets de train à des tarifs très abordables. Mais on se heurte alors à ceux qui ne prennent jamais le train et qui ne sont pas d’accord de payer (via leurs taxes) des subventions aux sociétés de chemin de fer. 

Comme je l’ai dit dans un article précédent, j’adore le voyage en train. Mais il ne faut pas non plus être stupide. Quand je lis que “le kilomètre parcouru dans les airs est 45 fois plus polluant qu’un kilomètre en TGV”, je me dis qu’on adore pointer l’avion du doigt mais jamais on ne s’en prend aux vêtements faits au Pakistan ou ailleurs, qui viennent en avion, et que l’on ne porte qu’une fois. De plus, ils sont commandés sur internet, après quelques recherches parfois longues, et personne ne dit que le textile et internet représentent à eux deux plus de 30% des émissions nocives dans le monde.

On nous dit qu’en Suède, le flygskam a été responsable d’une chute historique des réservations d’avion de 11% en 2019. On a déjà oublié le covid, qui à mon avis a dû jouer un certain rôle, mais qui n’appuie pas la démonstration en cours.

Le train est un transport magnifique. Malheureusement pour la dernière année d’école de votre ado aux Etats-Unis, le train est moins pratique. Pour vos vacances en Grèce (ce n’est pas trop loin), vous en aurez quand même pour près de 6 jours de voyage aller-retour.  

On va même jusqu’à dire que ne plus prendre l’avion est une décision qui favorise la communication avec d’autres puisque vous devrez expliquer votre choix. C’est bien la preuve que ce n’est pas tant la lutte contre le réchauffement climatique qui compte puisque le textile et internet ne sont pas pointés du doigt. Mais c’est en réalité une attaque politique contre l’avion, symbole capitaliste d’une société qui favorise les nantis.  

Alors moi, je veux bien du train pour les distances moyennes, entre 300 et 600 km, mais alors, comme je l’ai dit dans un autre article, il faut qu’on nous donne des trains faits pour les voyageurs et surtout à des prix abordables, qui doivent obligatoirement être bien inférieurs aux prix de l’avion. Et donc, subventionnés encore plus qu’à l’heure actuelle. 

Marc Dans 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.