Mésaventures de table

© Auchan et moi

Je suis sorti récemment avec une jeune dame assez jolie mais assez stupide aussi. Notez que ce n’est pas sexiste : il y a aussi des hommes stupides en grand nombre, mais bon : je sors plus souvent avec des femmes. C’était une oie blanche, selon l’expression consacrée, comme ma tante Henriette qui est morte dans un accident d’autocar. Ma conquête risque bien de finir comme elle : en rillettes.

En vacances dans le Midi, nous sommes allés quelques fois au restaurant, et la culture culinaire de la dame égalait ma connaissance de l’écriture maya. Voici la plus parlantes de ces mésaventures. La carte arrive et ses questions aussi.

-Amourettes pannées et grillées…C’est quoi, des amourettes ?

Évidemment, il a fallu qu’elle tombe sur cette spécialité. Je lui explique donc :

-Amourettes, animelles, abats blancs : ce sont trois mots pour désigner la même chose, les glandes mâles d’un mouton.

-Ça alors ! J’ai fait un an d’école hôtelière, on ne m’a jamais dit ça ! On nous raconte des couilles.

Tomate-crevettes: tu penses que ce sont des crevettes grises ?

-Écoute nous sommes au bord de la Méditerranée, ici. Or la crevette grise est à la Mer du Nord ce que le café au lait est à l’Abyssinie. Ça n’a aucun rapport, mais cela devait être dit, une fois pour toutes. (C’était une tentative pour la faire réfléchir et qu’elle se taise un peu…) Autre question:

-C’est comment, la sauce Madère ?

-C’est une sauce un peu collante.

-Ah oui, d’où son nom : la sauce m’adhère. (Je n’ai pas compris tout de suite).

Arrive le garçon, prêt à prendre la commande.

-Madame ?

-Le coquelet, il est beau ?

-Ah madame, le coquelet n’est pas laid mais le pou l’est. (Silence).

Pendant ce temps, je regarde la carte des vins, et je dis au garçon :

-Je vais commencer par une Blanquette de Limoux.

Ça ne pouvait pas rater :

-Oh, une blanquette, ça c’est une bonne idée !

Je passe la commande, elle a fini par prendre le coquelet, et soudain:

-Ça se mange, ça ? (Elle parlait du croupion).

Je lui explique alors que le monde est divisé en deux catégories de personnes: celles qui mangent le croupion, et celles qui trouvent ça trop gras. À toi de voir dans quelle catégorie tu te situes…

La fin du repas est proche: elle demande un assortiment de fromages. (J’ai remarqué que plus une jolie femme est mince, plus elle mange). Une fois servie, elle prend un air déconfit (de canard) et dit :

-Il n’y a pas de Brie…

Finement, je tente un jeu de mot :

-C’est un fromage qui brie par son absence.

Reste le dessert. Vous me croirez ou non, mais elle me demande ce qu’est une pastèque !! Je lui réponds que c’est un fruit aqueux.

-Comme la cerise, alors…

-Oui, mais plus gros.

-Et la pèche, pourquoi on l’appelle Melba ?

-La pèche met le bas pour ne pas courir pieds nus.

Elle cherche toujours, deux mois après, pourquoi j’ai tenté de lui faire croire que les pêches couraient. Quant à moi, je ne lui courre plus après.



LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.