La Famille de la Forêt, un art de vie de Belges au Québec. (1e partie)

America, Canada, Québec, Gaspésie, Douglastown area, Gaspésie Sauvage, Family Mathar

La Famille de la Forêt, un art de vie de Belges au Québec. Rencontre étonnante avec un couple d’expatriés belges qui a développé au cœur de la Gaspésie un mode de vie proche de l’autosuffisance tout en restant connectés avec le monde qu’ils accueillent dans un gîte agro-touristique ou dans une micromaison perdue dans la forêt, de quoi tenter l’expérience d’une vie saine au cœur d’un milieu naturel exceptionnel.

Cela fait un peu plus de 5 ans que nous avons eu la chance de rencontrer cette étonnante famille d’origine liégeoise installée au Québec, en Gaspésie, cette immense péninsule qui s’avance dans le golfe du Saint-Laurent comme une pince de homard en offrant un contraste étonnant entre mer et montagnes.

(Photo 8632 : La route des phares tout autour de la Gaspésie, d’un village à l’autre, entre le vert de la terre et le bleu de l’eau.)

Sur la côte, les villages n’ont souvent que le débouché de rivières encaissées et quelques arpents de grèves pour aligner leurs maisons tandis que partout, la montagne, tapissée de forêts, semble tomber à pic dans les eaux du fleuve. 94% du territoire sont peuplés presque essentiellement de conifères. La frange littorale se partage entre des sapinières et des feuillus, de quoi enflammer le paysage à la fin de l’été : les érablières prennent des couleurs de cerise tandis que le jaune vif des bouleaux éclaire les forêts vert sombre des épineux.

Un terroir préservé.

(Photo 5245 : Moment de pause pour Gérard et Catherine sur la terrasse surélevée au-dessus du potager)

Cet incomparable territoire ne pouvait qu’inspirer Gérard Mathar et sa compagne Catherine Jacob quand ils décident de quitter leur coin de pays ardennais pour devenir résidents canadiens. Né près de Verviers, Gérard a grandi, grâce à son père, au plus près des Fagnes, ces vastes étendues herbeuses et marécageuses difficiles d’accès en dehors des sentiers balisés. Guide-nature et garde-chasse, il peut assouvir sa passion pour ce milieu naturel sauvage où le temps est incompressible, à la hauteur de celui qui veut bien l’écouter et se fondre dans le décor. Catherine, quant à elle, a grandi sur les hauteurs de la ville de Liège. Quelque peu rebelle aux règles formelles qui gèrent la société, elle est habitée par un désir profond pour lequel elle est prête à tout : ouvrir une maison d’hôtes au cœur de la nature, cultiver un potager et vivre de la terre. Sa rencontre fortuite avec Gérard ne pouvait que déboucher sur un coup de foudre : ces deux-là, entiers jusqu’au bout des ongles, étaient faits pour s’entendre. Malheureusement les multiples contraintes administratives auxquelles ils ne peuvent se soustraire pour vivre à leur guise en Belgique et la crainte de contracter de lourds emprunts qui pèsent un jour sur l’avenir de leurs trois enfants les ont décidés à tenter l’aventure québécoise. Quinze ans plus tard, ils irradient de bien-être, ils ont construit une vie qui dépasse toutes leurs espérances, ils n’ont pas de dettes et ils savent qu’ils ont de la place pour leurs fils s’ils le souhaitent. Quel est donc leur secret ?

Texte : Christiane Goor     Photos : Charles Mahaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici