Le bel été de TUI

© Renata Bylina - Pixabay

TUI, le numéro un du voyage en Belgique, revient avec satisfaction sur les deux mois de vacances passés. En comparaison avec l’été 2020, près de 3 fois plus de Belges ont réservé des vacances en avion. Les circonstances étaient plus favorables cette année alors que l’été dernier, il n’y avait pas encore de vaccins. Les réservations ont aussi été très atypiques : jusqu’au 19 avril, date de la levée de l’interdiction des voyages non essentiels, celles-ci n’ont pratiquement pas bougé.

Depuis, les vacances sont à nouveau autorisées – bien que toujours déconseillées – et de plus en plus de destinations se voient attribuer un code vert ou orange. En raison de l’augmentation progressive de la couverture vaccinale, une vague exceptionnelle de réservations de dernière minute s’est créée. Le 1er juillet, l’avis de voyage négatif pour l’Europe prenait également fin, rendant possibles tous les voyages à forfait vers des destinations européennes, indépendamment de leur code couleur.

Cet été, il semble que de nombreux Belges ont ressenti un grand besoin de vacances, notamment à cause de la météo peu réjouissante. Ainsi, en comparaison avec l’été 2020, trois fois plus de personnes ont réservé des vacances en avion. Néanmoins, ce résultat ne représente que la moitié du nombre de voyageurs de 2019, pendant les dernières vacances d’été « normales ».

Les codes de couleur en constante évolution et l’incertitude qui en découlait, ainsi que les avis de voyage négatifs pour les pays non européens en sont les principales raisons. Les réservations pour les destinations populaires comme la Turquie, la Tunisie, l’Égypte ou la République dominicaine ont dû dès lors être à chaque fois annulées quelques semaines avant le départ.

Un certain nombre de destinations européennes ont donc suscité un intérêt accru et ont même dépassé le nombre de voyageurs de 2019.

Toutes les îles grecques et espagnoles ont ainsi accueilli beaucoup plus de vacanciers. L’île grecque de Santorin se démarque avec 50 % de réservations en plus qu’en 2019. Rhodes était la destination la plus populaire, suivie de Majorque, de la Crète, de Kos et de Tenerife. Le fait que les îles grecques aient pu garder longtemps un code vert ou orange en termes de chiffres de contamination explique certainement ce succès.

Cet été, et pour la première fois, la Grèce est la destination numéro un et bat l’Espagne: 46 % du nombre total contre 39 % pour l’Espagne. La Bulgarie (5 %), l’Italie (4 %) et le Portugal (3 %) complètent le top 5 des pays pour les vacances en avion avec des pourcentages beaucoup plus modestes.

Il est frappant de constater que pour le troisième été consécutif, les Belges dépensent plus pour leurs vacances (en moyenne 1239 €/personne contre 1165 € en 2019) et en même temps réservent des vacances de plus en plus courtes (moyenne 8 nuits contre 9 nuits en 2019). Pour la première fois, autant de voyageurs sont partis en juillet qu’en août, alors que juillet est généralement le mois de vacances le plus important. L’attente d’une vaccination complète a peut-être joué ici un rôle important.

Les vacances en voiture étaient déjà relativement populaires en 2020 et cette tendance s’est poursuivie cet été, bien que TUI enregistre toujours 30 % de réservations en moins sur ce segment par rapport à l’été fructueux de 2019.

Juillet reste de loin la période la plus prisée et rassemble 60 % des réservations. Un voyage en voiture sur trois concerne la France, un pays plébiscité depuis de nombreuses années. Et 19 % des vacanciers de TUI – un record ! – ont choisi la Belgique et réservé des vacances à la côte ou dans les Ardennes. L’Autriche a réussi à convaincre 15 % des voyageurs, l’Allemagne 12 % et l’Italie 8%. Le budget moyen par personne était de 439 €/personne, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.