Le Pays d’Auge, au cœur du Calvados (2/2)

Un lavoir a été replacé au bord d’un petit plan d’eau alimenté par un ruisseau qui court dans le parc.

Des routes buissonnières, des villages de poupée, des maisons à colombages, des prairies verdoyantes où paissent des vaches blanches avec plus ou moins de taches brunes, des haras dissimulés par un rideau d’arbres, le Pays d’Auge est un condensé de la campagne normande dans la région du Calvados.

La Route du Cidre qui serpente dans le Pays d’Auge a sa capitale, Cambremer, établie au cœur de ce décor bucolique entre châteaux, manoirs, maisons à colombages et vergers de pommiers, véritable carte postale de la Normandie. Mais Cambremer est aussi connu pour le bel ensemble labellisé « Jardin Remarquable » créé depuis une trentaine d’années à l’orée du bourg.

Plaisir de se délecter dans les jeux d’ombre et de lumière diffusée dans les sous-bois et autour de l’étang où coassent les crapauds.

Jardins du Pays d’Auge

Un lieu incontournable pour s’offrir un moment suspendu, une parenthèse de quiétude à peine troublée par les trillements joyeux des nombreux oiseaux qui ont adopté ces 4 hectares de verdure. A la lisière du joli village de Cambremer, les Jardins du pays d’Auge forment un ensemble de jardins à thème créé dès 1994 par des pépiniéristes passionnés, Armelle et Jacque Noppe avec la complicité d’une architecte-paysagiste Chantal Legard-Gasson. Quelque 30 ans plus tard la nature est reine ici et s’exprime d’un bout à l’autre avec une luxuriance impressionnante.

En suivant un itinéraire fléché et les indications notées sur le petit fascicule qu’on reçoit à l’entrée, on passe d’une ambiance végétale à une autre, les espaces et les parterres s’enchaînent sans jamais se ressembler : sous-bois, jardin vallonné, ruisseau, mare habitée par des crapauds, jardin aux nénuphars, jardin pourpre, jardin patio clos, roseraie, arbres rares, massifs garnis, jardin des senteurs, etc., un cocktail de couleurs et de parfums.

Depuis les sous-bois qui bordent l’étang on devine la maison à pans de bois qui pourrait être l’ancienne ferme.

Au détour du pigeonnier ou du lavoir ou d’une tonnelle ou même d’un oratoire ouvert dédié à St-Fiacre, le patron des jardiniers, un banc, une chaise ou un muret offre leur assise, telle une invitation poétique pour pouvoir se poser et jouir de la beauté paisible des lieux.

Un musée d’outils anciens qui évoquent les métiers de jadis comme le sabotier ou le forgeron termine la promenade qui se prolonge ensuite dans une crêperie pour les gourmands et dans un écomusée pour les curieux autour d’une ferme du 17ème siècle animée par des moutons, un âne et une basse-cour caquetante.

La poterie de Bavent est constituée d’un ensemble de constructions datant de 1842 dans le plus pur style traditionnel normand. Le manoir principal est surmonté de nombreux épis de faîtage mais aussi de céramiques animales qui animent les façades et la toiture.

Un artisanat historique d’excellence

Voilà près de deux siècles qu’une fabrication de poteries céramiques et d’épis de faîtage s’est créée sur le site de Mesnil à Bavent. Aujourd’hui encore le site abrite un ensemble de constructions datant de 1842 dans le plus pur style traditionnel normand dont le manoir qui abrite un magasin de jouets d’autrefois ainsi qu’un atelier de réparation de ceux-ci est le plus emblématique car il affiche sur ses façades et sur sa toiture une belle collection des produits fabriqués dans l’atelier montrant un savoir-faire qui a traversé les décennies. Seuls les fours ont changé, ils ne sont plus en bois.

Les pains d’argile qui servent à la fabrication sont puisés dans un site tout proche ou sont importés de Limoges car ils offrent une meilleure résistance au froid. Les pièces sont toujours créées en utilisant les techniques de l’estampage (ou moulage) ainsi que du tournage. Après le séchage et la cuisson, les pièces sont alors émaillées et cuites à nouveau dans le four à émaux.

Une belle collection d’épis de faîtage s’aligne le long de l’atelier afin d’aiguiser la curiosité des visiteurs qui repartent parfois avec une commande personnalisée.

Ce sont les épis de faîtage qui sont en quelque sorte les fleurons de la production. A l’origine il s’agit d’une sorte de cruche renversée placée sur le poinçon du faîte des toitures afin d’en garantir l’étanchéité. Mais rapidement les épis de faîtage deviennent l’ornement obligé des manoirs et maisons de maître prospères. Dès le 19ème siècle ils connaissent une grande vogue avec le développement de la Côte Fleurie de Deauville à Villers sur Mer. C’est aussi à cette époque que commence la fabrication des décors de jardin, notamment les sujets animaliers.

Le travail dans l’atelier permet de découvrir la quantité de moules historiques pour la plupart et toujours utilisés aujourd’hui.

La guerre qui détruisit de nombreux bâtiments interrompit la production artisanale mais Bavent put sauver la moitié des moules historiques de la poterie et depuis, l’atelier a pu créer ses propres moules et propose même des produits plus contemporains. Depuis 1987, de nouveaux propriétaires travaillent à perpétuer la tradition des épis de faîtage avec une jeune équipe dynamique et leurs efforts ont été récompensés en 2007 par le label Entreprise du Patrimoine Vivant, réel vecteur de communication sur le savoir-faire des artisans.

De nombreuses réalisations sont envoyées de par le monde, comme au Mexique, aux Etats-Unis ou au Japon entre autres. Perchés à la cime des toitures, ces épis de faitage ont parfois une taille imposante qui laisse rêveur. Les haras du Pays d’Auge apprécient afficher l’effigie d’un cheval, les pigeonniers celui d’un pigeon à moins que ce soit un autre animal pour effrayer les prédateurs, les chats sont d’ailleurs légion sur les toitures.

Texte : Christiane Goor Photos : Charles Mahaux


Infos :

L’office du tourisme de Pont-L’Evêque entre Côte Fleurie et Terre d’Auge est une autre étape utile pour la mine d’informations qu’il peut distiller Office de Tourisme Terre d’Auge à Pont-l’Évêque (terredauge-tourisme.fr). Autre site riche en informations www.normandie-cabourg-paysdauge-tourisme.fr

Un exemple des productions de la cidrerie Desvoye réalisées à partir de 10 hectares de vergers conduits en agriculture biologique.

Pour découvrir les facettes d’un territoire où il fait bon vivre Route du cidre de Cambremer Normandie Calvados. Nous avons visité la ferme cidricole Desvoye dont les propriétaires actuels sont la 3ème génération de producteurs. On y découvre l’ancien pressoir et les chais, on y apprend comment s’organise le travail depuis l’entretien des vergers, la récolte des pommes jusqu’au travail du maître de chai dans les caves. La famille a multiplié les médailles d’or en 2019 et en 2020, l’assurance d’y goûter les meilleurs produits. Laissez-vous tenter également par la délicieuse confiture de pommes maison qui n’a rien à voir avec une quelconque compote ! Cidre et calvados Desvoye (cidre-calvados-desvoye.fr)

Les jardins du Pays d’Auge ont gagné le statut de Jardin remarquable SITE OFFICIEL | Les jardins du Pays d’Auge (Cambremer) (lesjardinsdupaysdauge.com)

Des visites guidées sont organisées dans les ateliers de la Poterie de Bavent tout au long de l’année et le Village de la Poterie héberge d’autres artisans de métiers d’art (bijoux, cuir, sculptures) et des brocanteurs www.poterie-bavent.com

Y manger : Le Pavé d’Auge installé dans les anciennes halles de Beuvron-en-Auge compte parmi les grandes tables du département du Calvados et s’enorgueillit d’un macaron au Michelin. Comment découvrir le goût de la gastronomie régionale magnifiée par la créativité du chef Jérôme Bansard. www.pavedauge.com. Par ailleurs le Pays d’Auge est terre de gourmandises car outre les AOC que lui vaut la transformation des pommes, elle est le berceau d’un glorieux trio de fromages : le pont-l’évêque, le livarot et le camembert…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.