Objectif 0 émissions de carbone en 2050

Il existe des associations que seuls les spécialistes connaissent, et pourtant elles jouent un rôle important. Tel est le cas de l’Airports Council International (ACI) et de ICAO ou International Civil Aviation Organization. Les deux ont tenu en commun une conférence sur l’aviation et les carburants alternatifs, ces 20-24 Novembre, à Dubaï.

Cent pays étaient représentés, pour échanger sur la transition vers les SAF (sustainable aviation fuel) et les LCAF ou lower carbon aviation fuels, ou encore d’autres sources d’énergie propre.

Les aéroports mondiaux (ACI) et les compagnies aériennes (ICAO) sont donc d’accord, et visent une réduction de 5% des émissions de carbone d’ici à 2030. Cela peut sembler bien peu, mais c’est enfin un chiffre réaliste face aux utopies les plus diverses : l’aviation va continuer à se développer durant les 6 années à venir, et 6 ans, cela passe très vite. Il faut faire avec le matériel disponible actuellement : on ne va pas créer de nouveaux moteurs ni de nouveaux avions en 6 ans. C’est donc sur les carburants qu’il faut commencer par agir.

Les Etats, à qui appartiennent la plupart des aéroports, seront évidemment sollicités pour participer à la production des SAF, et c’est aussi dans leur intérêt : on a chiffré le nombre de nouveaux emplois créés dans ce but à 14 millions. Cet objectif pour 2030 ne cache pas celui, plus lointain, de 2050, où la neutralité en carbone sera exigée. Les aéroports commencent heureusement à en parler, en mettant autour de la table les fournisseurs de carburants, les compagnies aériennes, les régulateurs locaux et nationaux. C’est une tâche énorme qui les attend, à la hauteur de cet objectif ambitieux. Il n’est jamais trop tard pour commencer plus tôt….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.