Li calandriyer walon dè vintionk (21) di djanvîr: Sinte Nanèsse (Sainte Agnès)

©baladeenwallonie.be

L’ mèyeûse manîre di djåzer à ‘ne feume c’èst dèl hoûter: (La meilleure manière de parler à une femme c’est de l’écouter).

Adon nos polans comprinde poqwè nosse binamé Tchantchès inméve li pèkèt: po l’roûvî. (Donc nous pouvons comprendre pourquoi notre gentil Tchantchès aimait le pèkèt: pour l’oublier).

Pace qui:

Al Sinte Nanèsse, ivièr doguès’.

(A la Sainte Agnès, hiver vigoureux),

ou paradoxalement:

Al Snte Nanèsse, ivièr doumièsse

(A la Sainte Agnès, hiver doucereux).

Awè: Al Sinte Nanèsse, ivièr djan’nèsse, come bècôp dès feumes.

(A la Sainte Agnès, hiver fourbe, hypocrite, comme beaucoup de femmes).

Dji creû bin qu’a va co ètinde brère.

(Je crois bien qu’on va encore entendre crier).

Mins oûy c’èst l’djoû dès candôzerèyes adon vos savez çou qui vos d’vez fé ca l’amoûr fèt todi s’ènûler lès p’tits mèhins…

(Mais aujourd’hui c’est la journée des câlins, donc vous savez ce que vous devez faire car l’amour fait toujours disparaître les petits ennuis..).

Pôr si vosse feume si loume Nanèsse pace qui dji creû qu’ Nanèsse èsteût bin ine vrèye macrâle.

(Surtout si votre épouse s’appelle Agnès parce que Je crois qu’ Agnès était bien une vraie sorcière).

Mins nos savans turtos qui d’vins l’vicårèye i-n’a måy qui treûs malins: li feume, li mårticot èt l’diâle.

(Mais nous savons tous que dans la vie il n’y a que 3 malins: la femme, le singe et le diable).

Agnès est un cas dont on pourrait tenter d’expliquer les comportements fantasques par le fait qu’elle aurait, selon la légende, été martyrisée à Rome à l’âge se 13 ans, en étant traînée nue vers une maison de débauche vers l’an 303.

Minme si on s’trèbouhe bin sins toumer.

(Même si on se trébuche bien sans tomber: on peut faire une chose sans en subir les conséquences).

Pour la protéger de la lubricité et des regards avides des clients, un miracle se produisit: sa chevelure en grandissant brusquement, lui servit de robe. Mais à mon humble avis cela n’a pas du changer grand chose.

Ine feume qu’èst tofèr bin moussèye, si mète a houte d’èsse må djudjèye.

(Une femme toujours bien habillée, se met à l’abri d’être mal jugée).

L’imagerie populaire la présente accompagnée d’un agneau – allusion à son nom et symbole de pureté – notre chevelue Agnès est devenue la patronne des jeunes filles sages.

Mins ènn’a-ti co brå’mint d’ nos djoûs?

(Mais y en-a-t-il encore beaucoup de nos jours ?).

C’èst bin vrèye qu’ine djône fèye qu’a l’hite ni såreût fé on pèt.

(Il est vrai qu’une jeune fille qui a la chiasse ne saurait péter: on ne peut faire deux choses incompatibles à la fois).

A Liége, Nanèsse est devenue l’épouse de Tchantchès (François mais en réalité Jean), symbole de sagesse populaire, sagesse affinée au pèkèt comme il se doit.

Si la nuit qui précède la Sainte Agnès une jeune fille voyait en rêve un jeune homme qui lui plaisait, elle le considérait comme son fiancé prédestiné.

Vochal poqwè dji n’a pus d’fotos.

(Voilà pourquoi je n’ai plus de photos).

On glète sovint après l’sayin qwand on n’ pout magnî dè boûre.

(On salive souvent après du saindoux quand on ne peut manger du beurre).

A d’min avou Sint Vincint (St Vincent).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici